Rapport d’Orientations Budgétaires pour 2016

Vos élus FN ont débattu des orientations budgétaires qui esquisseront un premier aperçu du budget en 2016.

88
Michel Chassier
Michel Chassier
Michel CHASSIER sur la globalité du rapport :

« Je pointe le caractère diffus et insuffisamment détaillé du Rapport d’Orientations Budgétaires.

Les orientations présentées sont non seulement identiques à celles de la précédente mandature mais ne détaillent pas les choix stratégiques engagés au ­delà de cette première année budgétaire. Le 1er Vice-Président Marc GRICOURT veut des « marqueurs » qui semblent surtout être des effets d’annonces. Malgré un affichage ambitieux, les ressources diminuent de 15 millions d’euros alors que les dépensent structurelles augmentent.

J’interpelle ensuite la présidence sur l’avenir de la Communauté d’Université avec Poitiers alors que la grande région Aquitaine­-Poitou­-Charentes­-Limousin souhaite regrouper tous ces établissements d’enseignement supérieur.

Le Front National tient à rappeler que son groupe aura pour objectif de représenter une opposition constructive et sérieuse comme cela avait été le cas lors de la précédente mandature, contrairement à certains qui soignent la communication devant les caméras mais votent pratiquement toutes les propositions de la présidence dans les huis clos de la Commission Permanente.

Notre première préoccupation sera la défense de l’égalité des territoires face à la concurrence entre régions ainsi que le contrôle des deniers publics. Les orientations trop générales, trop peu chiffrées, qui ont été présentées aujourd’hui ne répondent pas au message envoyé par les électeurs, ni aux grand défis qui attendent notre région dans les années qui viennent. »

Pour cette raison, le groupe FN vote CONTRE le Rapport d’Orientations Budgétaires. Rapport 16.01.01 ROB 2016 Intervention Générale – Michel CHASSIER


Mathilde PARIS sur le « vivre ensemble » :

Le « Vivre-Ensemble », nouvelle formule magique et incantatoire de la gauche, contamine l’ensemble des dossiers traités par cet exécutif. A ce concept creux et abstrait, Mathilde PARIS oppose l’enracinement, la promotion de notre identité nationale et régionale. C’est bien la défense d’un avenir français, des valeurs patriotiques, de notre culture et de notre civilisation qui guidera notre action au cours de ce mandat. Rapport 16.01.01 ROB 2016 Le Vivre Ensemble – Mathilde PARIS


Daniel Fraczak
Daniel Fraczak
Daniel FRACZAK sur le développement économique : 

« Je suis intervenu sur le volet économique du rapport d’orientations budgétaires : j’ai rappelé les conséquences désastreuses d’un chômage structurel qui touche notre région avec quelques chiffres : 132 945 chômeurs en catégorie A, soit 2% de plus en 2015. Toutes catégories confondues, il atteint 214 808 personnes soit une hausse de près de 6% alors que la moyenne nationale est à 5%. Notre groupe dresse également un état des lieux critique de la situation des PME-PMI : le nombre de créations de petites structures ne préempte pas davantage sur leur fragilité, bien au contraire. Le pourcentage infime d’aides qui leur sont accordées l’explique bien : de l’ordre de 5,5% en moyenne…un marqueur tout sauf offensif d’autant que nos PME-PMI sont aussi les grands oubliés des marchés publics ;

Nous demandons logiquement :

  • le doublement de ces aides bien que l’avenir de ces entreprises n’en dépend qu’à court terme.
  • l’assouplissement des contraintes réglementaires et administratives qui régissent l’attribution de ces aides.
  • l’introduction de critères sociaux et environnementaux dans les appels d’offres des marchés publics.
  • que la majorité tienne ses engagements en matière d’innovation des PME-PMI.
Je suis également intervenu sur le volet « économie solidaire » pour émettre des réserves sur la soit disant plus-value apportée par les emplois induits au sein des associations en charge de la culture et du sport, d’autant qu’ils ne sont financés, quasiment exclusivement que par les politiques publiques.

Enfin, je dénonce les mésententes sur le plan national entre les producteurs et les industriels d’une part, les agriculteurs et la grande distribution d’autre part, en demandant une rationalisation des fonds européens agricoles, afin d’en favoriser le déploiement pour le Centre-Val de Loire, 1ère région céréalière de France afin qu’ils soient affectés en priorité aux petites exploitations. » Rapport 16.01.01 ROB 2016 La Développement Economique – Daniel FRACZAK


Jeanne Beaulier
Jeanne Beaulier
Jeanne BEAULIER sur la formation professionnelle :

« J’interviens, à mon tour, au sujet de l’orientation professionnelle en approuvant dans la forme la prérogative historique de la Région Centre Val de Loire en matière de formation, mais aussi sur le lien direct entre formation professionnelle et développement économique.

Cependant je souligne le déséquilibre constaté entre les dotations attribuées aux formations de courte durée, en nombre, contrairement aux formations longues, sources de réussite individuelle.

Par ailleurs il apparaît évident que ces actions de formation, faisant basculer les bénéficiaires en catégorie D en terme de chômage, semblent participer à une stabilisation de celui-ci.

C’est pourquoi le groupe FN préfère judicieusement donner la priorité aux formations qualifiantes telles que l’apprentissage faisant recours à la formation par alternance, largement plus qualifiante et proche de la réalité économique de notre région.

Pour finir, il est tout aussi important de veiller à ce que ne s’installe pas un déséquilibre des territoires de sorte que les zones les plus délocalisées puissent accéder de façon équitable à ces formations professionnelles pérennes. » Rapport 16.01.01 ROB 2016 La Formation Professionelle – Jeanne BEAULIER


Charles de Gevigney
Charles de Gevigney
Charles de GEVIGNEY sur la transition énergétique :

« Je rappelle que parmi les 9 priorités du Rapport d’Orientations Budgétaires, la transition énergétique pointe en 2ème position. Le groupe FN salue cette orientation mais demande des explications concernant l’objectif du doublement de la capacité de production d’énergies renouvelables, alors que le rapport ne précise lesquelles seront concernées.

Pourtant les filières sont variées, avec des stades d’évolution très divers, et les bénéfices environnementaux parfois moins flagrants qu’on ne veut bien nous le faire croire. Les travers de l’éolien et du photovoltaïque quant à leur impact sur la biodiversité ou les difficultés de recyclage sont à prendre en considération.

Les décideurs politiques ne doivent pas céder aux vents du moment, au risque d’obérer des politiques environnementales indispensables pour notre région. Il convient de s’interroger sur les qualificatifs “propres” et “durables” accolés un peu trop rapidement à certaines sources d’énergies nouvelles par des groupes très minoritaires y compris dans notre hémicycle régional. » Rapport 16.01.01 ROB 2016 La Transition Ecologique – Charles de GEVIGNEY


Véronique PEAN Echarpe

Véronique PEAN sur « le concept de démocratie participative »

Dans la novlangue socialiste, la « démocratie participative » occupe une place de choix. Ce pléonasme, censé démocratiser la démocratie n’apporte rien à la démocratie réelle, mais en dénature le sens.

La démocratie telle que nous l’entendons :

  • C’est assurer la juste représentation des électeurs. Au conseil régional, 6 000 voix sont nécessaires pour faire élire un écologiste quand il faut presque le triple pour un élu du Front National…
  • C’est réaffirmer que les élus sont les seuls porteurs des défenseurs de l’intérêt général ;
  • C’est combattre toutes les dérives qui éloignent le citoyen de la chose publique : les politiques illisibles, les décideurs anonymes, la dilution des responsabilités derrière un écran de prestataires multiples, le clientélisme, le favoritisme. Rapport 16.01.01 ROB 2016 La Démocratie Participative – Véronique PEAN