Compte Administratif & Rapport d’Activité 2015

Vos élus sont intervenus sur le compte administratif 2015 de la Région Centre-Val de Loire.

105
Michel Chassier
Michel Chassier
Michel CHASSIER sur la globalité du rapport :

« Je commente les principaux indicateurs de gestion du compte administratif 2015. La baisse du taux d’épargne brute (de 30 à 21,03%, en baisse pour la 9ème année consécutive) ne parvient plus à financer les investissements. Le niveau d’autofinancement de la Région n’est plus que de 43% pour un objectif de 50% (épargne disponible / dépenses d’investissement). Enfin la capacité de désendettement pour laquelle le Président BONNEAU s’était engagé à la maintenir à 3 années, est désormais de 3,32 années et ce, malgré une stabilisation des dépenses à périmètre constant. Notre Président de Groupe déplore aussi la baisse des recettes de fonctionnement de 19 M€ (équivalente à la baisse de la Dotation Générale de Fonctionnement versée par l’Etat) tandis que les dépenses augmentent de 7 M€ ! Même si la multiplication des dispositifs et la dispersion des crédits expliquent peut-être le recours à l’emprunt de 100 M€, je met en garde l’exécutif contre la dégradation de la capacité d’endettement qui attend la collectivité d’autant que la loi NOTRe risque de rien n’arranger. Car une part importante des dépenses est difficilement compressible (charges de personnel, fonctionnement des lycées, conventions TER, Formation Professionnelle…) et ne peut pas être compensée par la TICPE qui est au taux maximum (Taxe sur l’Importation des Produits Énergétiques) ni sur les cartes grises, puisque la Région Centre-Val de Loire est déjà au dessus de la moyenne des Régions. En effet, nos automobilistes supportent près d’un tiers des recettes de fonctionnement de la collectivité, soit environ 300 M€ !

Sur le rapport d’activité, nos élus regrettent que le chapitre économie-innovation représente toujours moins de 5% des dépenses de la région et que le taux de réalisation du chapitre apprentissage n’atteint que 95,9% en tenant compte des restes à réaliser. Sur le volet de la culture, le taux de réalisation n’atteint que 80%… alors que les élus du Front National sont les seuls à demander un encadrement de ces dépenses superflues. Enfin, dans le cadre des contrats « villes moyennes », seulement la moitié des dépenses engagées ont été réalisées  : nos élus demandent à ce que ces crédits non encore engagés ne le soient pas à d’autres fins. Je conclut en regrettant le caractère d’autosatisfaction de la majorité régionale qui doit composer avec une épargne disponible désormais inférieure à 100 M€ pour un endettement de 900 M€ ainsi que le manque d’objectivité récurrent du rapport d’activité. » Rapport 16.03.01 CA 2015 Intervention Générale – Michel CHASSIER

 

Ludovic MARCHETTI sur le volet « Europe » :

Je suis revenu sur le fait que les groupes PS et LR-UDI des autres régions et départements confondus, n’hésitent plus à reprogrammer les FSE (Fonds Sociaux Européens), pour financer des programmes d’aide aux migrants (intégration + aide alimentaire et sanitaire) alors qu’une aide moins bien généreuse est débloquée pour nos SDF. J’ai également dénoncé l’enfumage sur les « bienfaits de l’Europe ». A propos des opportunités financières de l’Union Européenne, je m’interroge : Où sont les opportunités lorsque l’on donne 21 milliards à l’Europe et que l’on en récupère 14 ? » Rapport 16.03.01 CA 2015 Europe – Ludovic MARCHETTI

JB
Jeanne Beaulier
Jeanne BEAULIER sur le volet formation professionnelle :

« J’ai relevé plusieurs ambiguïtés dans le rapport d’activité et de développement durable notamment le montant de 2015, 108,6 millions d’euros ont été investis dans une offre de formation, souple et adaptée or le montant n’est que de 83,6 millions d’Euros soit une différence de 25 millions. De plus les chiffres du chômage dans notre Région ne sont pas en baisse, en 1 an il à augmenté de 2.4 points. Les chiffres de notre région sont tous au dessus de la moyenne nationale. » Rapport 16.03.01 CA 2015 Formation Professionnelle – Jeanne BEAULIER

Charles de Gevigney
Charles de Gevigney
Charles de GEVIGNEY sur le volet « environnement »

est revenu sur le plan solaire photovoltaïque qui consistait à équiper les toitures d’une vingtaine de lycées de panneaux pour un montant de 1,2 M€. Bien qu’il salue la volonté d’indépendance énergétique de notre région, notre élu du Loiret déplore que les cellules photovoltaïques utilisées proviennent d’Asie alors que le marché français de ce secteur souffre du dumping pratiqué par la Chine. L’impact CO2 des objets manufacturés n’est pas sans conséquences et le raffinement du silicium, nécessaire à la production des panneaux est un processus très énergivore. De plus, l’électricité Chinoise émet 800gr de CO2/kWh soit 10 fois plus qu’en France. En intégrant le recyclage et le transport des panneaux en fin de vie, il est donc impossible de rembourser leur dette carbone pendant la durée de production. Notre groupe demande ainsi à ce que les aides régionales privilégient l’aspect géographique et l’empreinte carbone réel dès lors que la région contribue à ces projets. Rapport 16.03.01 CA 2015 Développement Durable – Charles de GEVIGNEY

Notre groupe a présenté 6 amendements budgétaires sur ce rapport, tous refusés par la majorité. Le groupe UDC n’en a approuvé qu’un seul, sur la démocratie participative. 

Amendement Budgétaire FNCVL N°1 – Mise en valeur du patrimoine

Amendement Budgétaire FNCVL N°2 – Cap’Asso

Amendement Budgétaire FNCVL N°3 – Coopération Internationale

Amendement Budgétaire FNCVL N°4 – Démocratie Participative

Amendement Budgétaire FNCVL N°5 – FRAC

Amendement Budgétaire FNCVL N°6 – ORDICENTRE