Les Régions subissent, l’Etat ne tient pas ses promesses, car c’est l’UE qui décide.

Avec la politique de Bruxelles relayée par Macron, il n’y aura bientôt plus de vaches dans nos campagnes. Elles ne pourront pas non plus regarder passer les trains qui disparaissent.

268
Commission Permanente du 16 février 2018

En marge de la Commission permanente régionale qui se tenait ce matin à Orléans, le président Bonneau a évoqué deux dossiers d’actualité : les zones agricoles défavorisées et le ferroviaire avec le rapport Spinetta.

Au sujet des ZDS, la Région demande (à l’occasion un vœu que la majorité veut présenter en session plénière) le maintien des zones existantes, tout en retenant les nouvelles, et déplore les revirements permanents du gouvernement, qui modifie la carte jour après jour au gré des protestations, amenant à des résultats radicalement différents au fil des semaines.
Dans le débat qui a suivi Michel Chassier a répondu au 5ème Vice-Président de la Région Harold Huwart qui affirmait à tort que la carte allait être rendue publique : « La France propose, l’Europe dispose ». En effet, la carte définitive devrait être arrêtée cette semaine, mais elle ne sera pas publiée avant le 1er mars, car elle demeure soumise à l’approbation de la commission européenne à Bruxelles.

Enfonçant le clou, Charles de Gevigney s’étonne de voir tous ces élus PS, LR, centristes ou écologistes, quémander sans cesse auprès de Bruxelles. C’est le fruit amer des politiques qu’ils ont tous soutenues depuis des années.

Même chose sur le ferroviaire, où la Région se vantait d’être parvenue à un accord favorable avec l’Etat pour le transfert des lignes TET. Le rapports Spinetta vient tout remettre en cause… alors que les premières rames sont déjà commandées !
Mais là aussi, le couperet de la concurrence imposée par Bruxelles met la France et la SNCF au pied du mur.

Vos élus Front National, la seule opposition crédible.

Enfin, les élus FN sont également intervenues sur plusieurs rapports, refusant notamment des subventions pour des actions qui n’ont pas abouti, ou encore pour des projets qui ne relève pas de l’intérêt général, comme la coopération internationale ou encore les Assises du journalisme de Tours qui soutiennent le renforcement de la censure sur Internet.
Les élus du groupe UDC de Guillaume Peltier ne sont intervenus sur aucun des rapports, ils se sont contentés d’une seule abstention sur un dossier.
Au fils des réunions, on constate que le Front national est bel et bien la seule opposition crédible.