Mobilisation pour plus d’emploi et moins de chômage.

Les élus Front National ont abordé un rapport axé sur les moyens mis en oeuvre par la Région pour lutter contre le chômage et assurer la mobilisation pour l'emploi.

325
Jeanne Beaulier
Jeanne BEAULIER, rapporteur pour le groupe FN :

« Ce rapport construit sur de l’autosatisfaction, s’apparente davantage à un état des lieux des actions précédemment engagées en matière de formations professionnelles et à l’application des directives gouvernementales. Nous reconnaissons à l’exécutif régional son action volontariste mais nous sommes beaucoup plus mitigés quant à l’efficacité de cette action. La réelle amélioration en région Centre-Val de Loire à propos de la situation de l’emploi est contestable. Il y a donc urgence à trouver des actions efficaces pour l’économie régionale et à destination de la population active. » Rapport 18.01.03 Mobilisation pour l’emploi (Intervention Générale) – Jeanne BEAULIER


Ludovic Marchetti
Ludovic Marchetti
Ludovic MARCHETTI sur les organismes de formation : 

L’une des grosses erreurs de ce rapport est de considérer que la Région seule peut influer sur toutes les composantes de l’emploi. Nier le contexte national empêche de facto de trouver une solution efficiente aux problèmes. Parler de manque d’attractivité de certains secteurs économiques ne doit pas faire oublier que l’Education Nationale y a grandement contribué. Aussi, l’exécutif voudrait que les organismes de formation soient davantage accessibles alors même que la mise à mort du réseau ferroviaire secondaire est maintenant annoncée publiquement. Cependant, il s’agit bien là d’un des seuls freins que la Région pourrait lever. Si elle décide que l’accessibilité aux offres de formation est une priorité, alors elle doit l’imposer par choix politique » Rapport 18.01.03 Mobilisation pour l’emploi – Ludovic MARCHETTI


Jeanne BEAULIER sur les « Cordées du Territoire » :

« L’un des principaux écueils de ce rapport est la référence quasi-systématique aux « Cordées du Territoire ». Nous sommes ici dans une élaboration de politique régionale qui en réalité est un mix entre la méthode Montessori et une pseudo « Démocratie Participative » Aux questions « Qui sont les participants aux Cordées du Territoire ? » et « Quels types d’entreprises se sont déplacées ? », la réponse n’est autre que : des élus locaux, des responsables de pôle emploi, de la Mission locale, de la Chambre de commerce et d’industrie, de la Chambre de métiers et de l’artisanat, de groupement d’employeurs et de la Chambre d’agriculture et d’agences d’intérim. Mais pas les acteurs concernés comme les demandeurs d’emplois et les dirigeants de TPE/PME qui composent l’essentiel du tissu économique les plus à même de définir leurs besoins, les freins à leur activité et à l’embauche qu’il faudrait directement questionner » Rapport 18.01.03 Mobilisation pour l’emploi – Jeanne BEAULIER


Philippe Lecoq
Philippe Lecoq
Philippe LECOQ sur l’alternance en entreprise :

« L’efficacité des efforts financiers consentis par la Région avec des milliers de places de formations pour les jeunes et les chômeurs, est toute relative puisque le nombre d’apprentis n’augmente pas de manière significative. Certes, les Régions seront peut-être aux commandes du pilotage de la « carte régionale de l’alternance » permettant ainsi de déterminer les besoins, mais l’inquiétude plane du fait que l’Etat n’ait pas proposé une dotation complémentaire suffisante pour réaliser la modulation territoriale. Aussi, en France les grandes entreprises boudent nos apprentis. 70% d’entre eux sont recrutés dans les TPE, par les artisans et commerçants. Quant aux acteurs économiques, ils peinent à faire remonter du terrain les besoins de qualification secteur par secteur. En amont, c’est une nouvelle fois la question d’une réforme de fond de l’Education Nationale et des branches professionnelles qui devrait être posée. » Rapport 18.01.03 Mobilisation pour l’emploi – Philippe LECOQ